comment investir dans l’or : achat or physique, lingots, ETF, piece

Catégorie: | Tags: Non classé

 

L’or comme investissement ? L’or a souvent été considéré comme la valeur refuge par excellence. Parce que contrairement à l’immobilier, on peut le déplacer. On peut voir l’or de 2 façons comme investissements :

Comme une assurance :

  • Dans ce cas, il faut absolument de l’or physique. Oubliez pour l’instant  les trackers ou les certificats indexés sur l’or (on en reparlera ci-après)
  • La CGB explique qu’avec le cours du marché noir, on pouvait faire vivre correctement toute une famille pendant la 2nde guerre mondiale avec 200 Napoleons.
  • Il faut préférer les pièces de 5,81 g comme les Napoleon aux plus grosses pièces comme les 20 $ US dont le poids est une once. Les lingots sont à éviter. En effet, en cas de problème, le Napoleon a une taille idéale pour des transactions.
  • L’or peut agir comme une protection de notre pouvoir d’achat en cas de crise inflationniste (et surperformerai même nettement), et devrait se comporter honnêtement en cas de crise déflationniste (quoique dans ce dernier cas, les avis divergent : certains pensant que l’or surperformerai nettement d’autres qu’il souffrirait légèrement – on peut toutefois raisonnablement penser qu’il conserverait son pouvoir d’achat dans ce dernier cas).
  • Le problème de l'or en tant qu'assurance est sa conservation. Si vous en voulez une quantité raisonnable, il est difficile d'envisager une conservation à domicile avec les risques de vol. Mais le coffre à la banque a aussi ses inconvénients :  demandez aux argentins qui ont voulu changé leurs pesos lors de la crise économique et de la dévaluation. Ils se sont vu interdire les retraits provenant de leur compte bancaire au-delà d’un certain montant…En cas de crise grave, ce phénomène ne pourrait-il pas aller jusqu'au contenu des coffres? Mon conseil pour la conservation : soit un coffre dans un établissement privé non bancaire, soit un coffre à la banque où l'or serait conservé la plupart du temps, mais sorti de façon éphémère lors des périodes de menaces des évènements extrêmes desquels il est sensé vous protéger (exemple : incertitudes sur la solidité du système en octobre 2008, forte montée des tensions militaires et donc risque de guerre dans votre pays…). L’or peut dans ce cas être vu comme une assurance dont on conserve la prime : ainsi, je considère qu’il faut avoir 5% de son portefeuille en pièces d’or physique, bien à 'abri. Au-delà, il s’agit d’un placement en pariant sur une hausse de sa valeur.

Comme un placement  - pour jouer la hausse de l'once de "gold"

 Dans ce cas, on veut avoir plus que 5% d’or dans son portefeuille et on profite de la correction de cet été 2008 pour se positionner (voir l'avis haussier sur l'or à ce sujet sur le blog associé à ce site). On va alors au-delà de 5% d’exposition.  Pour les placements, il vaut mieux éviter les certificats. Préférer les trackers et l’or physique :

  • Les certificats sont une sorte de reconnaissance de dette : s’il y a une vraie tension sur l’or physique, alors le débiteur pourra-t-il voir son or livré. En cas de tensions extrêmes sur ce marché étroit (en théorie bonne pour les plus-values), on pourrait avoir des problèmes de cotations sur les certificats…
  • Les trackers ETF sont adossés à de l’or physique donc pus sûrs. Même s’il est difficile en pratique de prendre possession de son or. Il en revanche plus pratique de le négocier : faisable derrière un écran d’ordinateur et de prendre ses plus-values à la seconde près !
  • L’or physique a un intérêt car en période de forte tension, la prime des pièces (différence entre leur valeur et la valeur de leur poids en or) peut grimper en raison du déséquilibre offre-demande. Ainsi, la prime du Napoleon aujourd’hui nulle est montée jusqu’à 100% au pire des tensions des années 1979-1980.
  • Les mines d’or sont discutables : elles peuvent certes avoir un effet de levier, mais parfois une partie de leur or a été vendu à terme avant la hausse (hedgé)

  

Catégorie:

 

Pas de commentaires