poème pour les grands parents – texte gratuit – poésie pour carte

Catégorie: | Tags: Non classé

 

voici quelques jolie poèmes  :

Mes grands parents

Vous êtes auprès de moi depuis ma naissance,
Vous avez fais partis de mon enfance,
Et vous m'accompagnez encore aujourd'hui,
Dans ma vie de jeune femme épanouie.

Grands-pères protecteurs et soucieux,
Grands-mères douces et attentionnées,
Transmettant votre savoir comme il se peut,
Prêt à tendre vos bras et à tout donner.

Je vous connaîs dans votre grand âge,
Mais vous avez déjà écris de nombreuses pages,
je lis votre passé dans vos yeux,
Ce que vous avez vécus seuls ou à deux.

Lorsque assise près de vous,
Les discussions s'effacent pour laisser la place,
Aux souvenirs enfouis au fond de vous,
Vos récits me transportent, je songe, je m'évade…

J'aime vous regarder, vous écouter,
Partager vos vies, votre enfance, vos secrets,
Pour m'appercevoir avec fierté,
Qu'un peu de vous m'a été donné.

Pourtant une part de vous reste un mystère,
C'est ainsi que sont les grands-pères et les grands-mères,
Sages, construits et mûris,
Par les épreuves de la vie.

Un jour, je sais,
Il manquera votre présence,
Mais vous serez immortels à jamais,
Dans mon ceur déchiré par votre absence.

Pout tout ce que vous m'apportez,
Pour tout ce que vous me donnez,
Merci d'être mes grands-parents,
je vous aime pour toute ma vie profondément.

 


 

mes grand parents
on les aimes comment
on les aimes passionnement

mes grand parent
on aime leurs bisous
leur voix qui veillent sur nous

un peu beaucoup
c'est vrai on leurs avoue
on les aimes comme des fous

leurs câlinous, leurs p'tits chatinous
pour nous
cela compte beaucoup 

 


 

un grand parent 

au soleil du printemps
Un être de chair et de sang
qui vecu tous les temps
se croyant toujours enfant

se rappelant
tous ce qu'il a vécu en vieillissant
ne savant m^éme pas si il sera vivant
au prochain printemps

toute sa vie d'adolescent
la voyait passer comme le vent
les guerres, les victoires et les chants
passait dans sa tête en riant

ses souvenirs était plus grands
il en n'oubliait le présent
il revit la joie de ses parents
dans la maison en chantant

il fallait qu'il cueille le temps
qu'il profite de chaque moment
car le futur n'est plus envisageant
et chaque jour passant

était les seuls lui restant
dans son rêve en pleurant
il dit en revoir a ses enfants
et un matin, le trouvèrent mourant

il ressentirent la valeur de ce grand-parent
qui était si bon et si grand 

 


 

Ils étaient tous les quatre différents
J’en ai des souvenirs excellents
Les uns calmes et paisibles
Les autres joviaux ou rigides.

Tous de grands travailleurs
Ils ont connu le dur labeur
Certains plus intellectuels
Et d’aucuns plus manuels.

Les dîners de famille, avec explications de la guerre
Les réunions d’amis, de voisins, sous le réverbère.
Mes deux grands-pères ont porté fièrement leur drapeau
L’un pour la chorale, l’autre la bataille de l’Yser.

L’une de mes grands-mères était du nord du pays
Et l’autre du sud, la Belgique réunie
J’étais bienvenue lorsque je naquis
Et toutes les deux, je les apprécie.

Très réservées et secrètes
Des souvenirs de paix pour moi elles reflètent.
Ma grand-mère maternelle tricotant avec ardeur
Avait au fond d’elle une infinie douceur.

Et ma paternelle aimait la cuisine car je me souviens
De ses prunes au vinaigre que j’aimais bien.
J’aurais aimé connaître mieux mes grands-parents
Leur parler, qu’ils me racontent leur vie d’autrefois

Mais il est trop tard, je n’étais qu’une enfant
C’est seulement maintenant que je m’en aperçois.
Aussi j’essaye toujours avec mes petits-enfants
De leur apprendre des choses comme une grand-maman !

- josianne -

  

Catégorie:

 

1 Commentaire