poème pour nouvelle année – poésie bonne année – Nouvel An et étrenne

Catégorie: , | Tags: Non classé

 

voici quelques jolie poèmes  :

 

Poème pour la nouvelle année

Une année vient finr, une autre décennie va voir le jour
Souhaiter une bonne année, Dessiner des voeux d'amour
Vous dire bonne année dans toutes les langues du monde
Mon voeu que tout les hommes s'aiment dans une même ronde

Présenter ses voeux de bonne année comme on écrit son doux espoir
Poèmes de Nouvel an, Poésie de la nouvelle année pour tous les jours
Textes poétiques, messages romantiques, petits textos ou sms d'amour
Mes mots s'expriment sous toutes les formes en ce tendre et doux soir

Je vous souhaite une bonne et heureuse année de bonheur
Que mes voeux de début d'année se réalisent à toutes heures
Pour vos amis, vos enfants, votre famille une année de douceur
La santé bien plus que l'argent, que la paix habite votre coeur

Une année vient finir, une autre décennie va voir le jour
Souhaiter une bonne année, Dessiner des voeux d'amour
Vous dire bonne année dans toutes les langues du monde
Mon voeu que tout les hommes s'aiment dans une même ronde

Hamo

 


 

Voici le jour de l'an

Voici le jour de l'an
C'est la nouvelle année
Ce soir petits et grands
Feront longue veillée
Lorsque minuit sonnera
Tout le monde s'embrassera
Bonne année,
Bonne année à toute la terre
Bonne année,
Bonne année au monde entier.

 

 


 

Bonne année

Bonne année à toutes les choses,
Au monde, à la mer, aux forêts.
Bonne année à toutes les roses
Que l’hiver prépare en secret.

Bonne année à tous ceux qui m’aiment
Et qui m’entendent ici-bas.
Et bonne année aussi, quand même,
À tous ceux qui ne m’aiment pas.

Rosemonde Gérard (1871-1953)

 


 

dernier jour de l'année
il me prend à rêver
pas de résolution
que des attentions

du bonheur
pour toutes les heures
de la joie pour tous les mois
de l'amour

pour tous les jours
C'est tout ce que je te souhaite
en fin d'année
Bonne année 

 


 

Le matin des étrennes

Ah ! quel beau matin que ce matin des étrennes !
Chacun, pendant la nuit, avait rêvé des siennes
Dans quelque songe étrange où l'on voyait joujoux,
Bonbons habillés d'or, étincelants bijoux,
Tourbillonner, danser une danse sonore,
Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore !

On s'éveillait matin, on se levait joyeux,
La lèvre affriandée, en se frottant les yeux…
On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,
Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,
Et les petits pieds nus effleurant le plancher,
Aux portes des parents, tout doucement toucher…
On entrait !… Puis alors, les souhaits… en chemise,
Les baisers répétés, et la gaîté permise !

Arthur RIMBAUD

  

Catégorie: ,

 

Pas de commentaires